Cie Teatro Gioco Vita
Ballade pour acteurs et ombres

Femme de Porto Pim

©serena groppelli
 
Présentation
Le dossier du spectacle
Les photos et les vidéos

Mardi 25 avril - 19h30

Durée : 1h10

Une forme théâtrale riche et inventive pour un bel hommage à Antonio Tabucchi, l’un des plus grands écrivains italiens du XXe siècle.

 L’action se passe dans une île de l’archipel des Açores en 1942. On va découvrir l’histoire d’un jeune homme, son univers de chasseur de baleines, fait d’embruns et de sang, et sa passion dévorante pour la femme de Porto Pim. Du récit de voyage, on glisse vers le rêve et on plonge dans les mystères de l’âme humaine. Sur scène, l’acteur-manipulateur à vue fait naître de ses mains des ombres, métaphores de naufrages et de naufragés. Ces ombres se multiplient à vue d’œil, devant et derrière l’écran, pour bientôt envahir tout l’espace. Figure de proue du théâtre d’ombres en Europe, le Teatro Gioco Vita utilise des matériaux tels que l’argile, le sable, le bois ou l’eau, qui confèrent aux personnages des formes à la fois charnelles et impalpables.

Un projet de Tiziano Ferrari et Fabrizio Montecchi
Avec Tiziano Ferrari
Mise en scène et décor : Fabrizio Montecchi
Dessins et silhouettes : Nicoletta Garioni
Musiques : Alessandro Nidi
Lumières et sons : Davide Rigodanza
Assistante à la mise en scène : Lucia Menegazzo

Production : Teatro Gioco Vita - Teatro Stabile di Innovazione / Festival “L’altra scena” / EPCC - Théâtre de Bourg en Bresse, scène conventionnée

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli

©serena groppelli